Sevrage tabagique et réflexothérapie

et Réflexothérapie

 

C’est décidé, demain j’arrête…Non ce n’est pas le bon moment…C’est trop dur…

Combien de fois vous vous êtes dit ces phrases, combien de fois vous avez cru, pensé écraser votre dernière cigarette ? Vous n’avez rien à vous reprocher. C’est une démarche qui demande beaucoup de volonté, qui doit être mûrement réfléchie et pas forcément évidente pour tout le monde.

Aussi, n’hésitez pas à avoir recours à une aide extérieure pour vous aider, vous accompagner dans votre démarche. Tout comme les TCC (thérapies cognitivo-comportementales), la sophrologie, la méditation ou encore le yoga, la réflexothérapie peut être une alternative. Elle peut être associée à une des autres méthodes précitées pour accompagner votre démarche afin d’optimiser vos chances d’arrêter définitivement.

Avant d’aborder les bienfaits de la réflexothérapie, faisons un petit retour sur le tabac et plus particulièrement la nicotine contenue entre autres dans la cigarette.

En France, plus de 30% de fumeurs quotidiens sont âgés de 15-75 ans soit plus de 13 millions de personnes (www.lesouffle.org). Le tabac tue un fumeur régulier sur 2 et fait perdre 20-25% d’espérance de vie. C’est la 2ème cause de mortalité mondiale et la 1ère de mortalité évitable.

Le tabac, c’est plus de 4000 substances par bouffée dont la principale la nicotine est une substance psychoactive au même titre que le cannabis, l’héroïne. Chaque bouffée inhalée est un shoot à la nicotine (www.sante-figaro.fr). Pour augmenter la dépendance, les fabricants de cigarettes ajoutent au tabac des substances qui accélèrent l’absorption de la nicotine. Nicotine qui « tout comme les autres drogues impliquant une dépendance augmente la libération de la dopamine qui agit sur les circuits de la récompense ou circuit du plaisir » (https://tpecigarette.wordpress.com/action-de-la-nicotine-sur-le-cerveau).

La nicotine conduit à une sensation de plaisir, de détente ; elle a aussi un effet anxiolytique et coupe faim. Il suffit de 7-10 secondes pour qu’elle passe des poumons dans le sang puis dans le système nerveux central. Suite à une consommation régulière de tabac (dès les 1ers mois), le cerveau créé des récepteurs à la nicotine : la dépendance s’installe. Des études ont montré que les symptômes de manque apparaissent déjà après la consommation de 100 cigarettes (www.phamarcie-vivre-sans-tabac.ch).

Comme souligné un peu plus haut, le sevrage n’est pas de tout repos. Il génère certains symptômes comme :

  • l’augmentation de l’appétit
  • la dépression, l’irritabilité
  • l’incapacité à se concentrer, maux de tête, anxiété, troubles du sommeil
  • désagréments ORL et respiratoires…

Ce sont ses divers symptômes que votre réflexothérapeute se propose de vous aider à gérer à travers différentes techniques de stimulations réflexes. Un travail préalable peut être fait en amont du sevrage pour renforcer la volonté et facilité la prise de décision.

Au cours du sevrage, la stimulation de points spécifiques du système nerveux va permettre d’essayer « de remplacer, de désactiver les récepteurs à la nicotine » pour libérer le fumeur de l’emprise de la cigarette.

Dans l’accompagnement proposé, votre réflexothérapeute va agir sur la régulation des émotions, de l’irritabilité,  du stress, des pensées récurrentes liées au sevrage. Un travail sur des zones qui jouent un rôle sur l’olfaction et l’appétence va permettre de modifier le goût de la cigarette, de gérer le grignotage et la prise de poids. Pour compléter au mieux cette prise en charge, l’augmentation de l’amplitude respiratoire sera nécessaire afin de faciliter l’élimination « des goudrons collés aux parois des bronches » (www.clicbienetre.com) ainsi qu’un bon drainage pour éliminer les toxines.

L’utilisation de l’aromathérapie par votre réflexothérapeute va venir renforcer, potentialiser le tout grâce à une synergie d’huiles essentielles (huiles calmantes, rafraichissantes, équilibrant du système nerveux) personnalisées sous forme de stick.

Alors n’attendez plus, faites appel à la réflexothérapie pour cette démarche semée d’embûches.

Au plaisir de vous recevoir

Prenez soin de vous

Article co-signé par Karine BOUCHON et Seyram PICQ